GAEC Miels et Saveurs, Vosges Matin

Création du Gaec « Miels et saveurs » à Pierre-Percée

« Le GAEC Miels et saveurs » vient d’éclore au cœur de la vallée de la Plaine. Une belle aventure familiale couronnée par une médaille d’argent décernée au concours général agricole à Paris.

À la Ménelle, avec une vue pittoresque sur le Coquin et le Pain de Sucre, près du musée 14-18, un Groupement agricole d’exploitation en commun (Gaec) vient de naître avec l’installation de « Miels et saveurs », fonctionnant grâce à Gaël Volland et sa compagne Nathalie Accili, apiculteurs, qui ont bénéficié de la transmission des savoirs de leurs parents respectifs, apiculteurs également.
Le couple est ravi après l’obtention d’une médaille d’argent décernée au concours général agricole à Paris. Un bonheur partagé par leurs jeunes enfants. « Et cela grâce aux ruches placées au Coquin », sourit Gaël, qui espère une autre médaille pour le miel d’acacia au goût parfait, récolté dans la vallée de la Plaine.

Le choix de l’abeille noire

« Plus rare, plus robuste, l’abeille noire est adaptée ici, même si elle pique beaucoup, rapporte moins, se nourrit moins, explique Gaël. Cependant, elle est difficile à travailler, nécessitant des gestes précautionneux. Elle adapte sa ponte en fonction du milieu, des fleurs, du climat », poursuit l’apiculteur renommé qui utilise des techniques respectueuses de l’environnement et des abeilles. « Deux stagiaires agricoles souhaitent travailler ici avec l’abeille noire. Ils seront les bienvenus sur notre nouvelle propriété acquise. »
Parmi les projets, l’élevage de reines d’abeilles noires, avec amélioration de la génétique… selon des méthodes naturelles. La présence de Jean-Luc, apiculteur qui a rejoint la Déodatie, poursuivra la transmission du savoir-faire auprès de son fils.

Des emballages naturels issus de la ruche

Le pollen, fragile ferment naturel, ne sera plus trié à la pince à épiler mais trieuse, souffleur, trappes à pollen sont prévus. Bernadette Volland, créatrice, présente sur le marché raonnais, envisage le tissu enduit de cire d’abeille pour emballer fruits ou légumes.

Texte de l’article de Vosges Matin

Pin It on Pinterest